L'assurance scolaire est-elle indispensable ?

L’assurance scolaire est-elle indispensable ?

Parmi les nombreuses informations à fournir à l’école à la rentrée figure le nom de votre assureur et le numéro de contrat de votre assurance scolaire. Pourtant, cette assurance n’est ni obligatoire, ni toujours indispensable.
Aucune loi ne lie l’inscription dans une classe à la souscription d’une assurance.
Cependant, votre enfant doit être assuré pour tous les dommages qu’il pourrait causer à autrui. Il doit aussi être lui-même assuré lors des sorties scolaires et des trajets école/maison.
L’école en effet n’est pas couverte si un accident arrive lors d’une sortie, que ce soit sur le chemin vers le terrain de sport ou lors d’une sortie scolaire.
Difficile donc d’échapper à la pression de l’école qui vous rappellera sans relâche que vous n’avez pas encore fourni les informations concernant l’assurance de votre enfant.
Avant de signer, vérifiez vos contrats d’assurance existants
Pour autant, l’assurance scolaire n’est pas indispensable. Vous pouvez vous en passer si :
– vous avez une assurance habitation, car la garantie responsabilité civile couvre les dommages que vos enfants pourraient causer à autrui,
ET
– vous avez souscrit à une assurance individuelle accidents (qui peut s’appeler Garantie des Accidents de la Vie ou Multirisque des Accidents de la Vie selon les assureurs) pour toute la famille. Elle couvre tous les accidents, quel que soit l’endroit, le jour et l’heure, que vos enfants pourraient subir.
Si ce n’est pas le cas, l’assurance scolaire devient utile.
ATTENTION : La garantie de base est suffisante. Les garanties plus chères ne couvrent pas plus de risques, elles indemnisent mieux. Comptez un peu moins de 10 euros par an pour le ticket d’entrée, 40 euros pour les plus chères.
2 astuces
Astuce numéro 1 :
Choisissez un assureur qui vous permet de gérer vos contrats en ligne. Une attestation d’assurance est si vite égarée… Il vaut mieux pouvoir en réimprimer un exemplaire !
Astuce numéro 2 :
Toutes les banques vendent aussi des assurances. C’est peut-être le moment d’aller les voir et de leur parler de l’équilibre du budget de la rentrée…
Source ; nosjuniors.com

Lire la suite

Poitiers parmi les villes les moins chères pour les étudiants

À la veille de la rentrée, l’Unef, l’Union Nationale des Étudiants de France, publie son rapport annuel sur le coût de la vie étudiante, (inscription, transports, logement) avec 321 euros par mois en moyenne, Poitiers est à l’avant-dernière place des villes les moins chères, juste avant Le Mans.
Pour un étudiant, le coût du loyer moyen à Poitiers pour cette rentrée universitaire 2015 est de 321 euros en moyenne alors qu’à Paris, la ville la plus chère, il est de 795 euros. Brest se situe dans une fourchette équivalente à Poitiers avec 322 euros alors que la moyenne nationale (hors Île de France) est de 425 euros par mois. Le prix des loyers est cependant en hausse à Poitiers, l’Unef indique qu’ils étaient en moyenne de 317 euros en 2014 et 309 en 2013.
Le logement est le poste principal de dépenses pour les étudiants, il représente en moyenne 55% de leurs dépenses annuelles.
Autres dépenses importantes pour les étudiants, les transports que l’Unef calcule sur le coût d’un abonnement aux transports en commun. Avec 199 euros, Poitiers est là aussi parmi les villes les moins chères même si elle se place moins bien qu’en matière de logement.

La santé délaissée faute de moyens
Alors que le coût de la vie moyen pour un étudiant est de 800 euros, « certains renoncent parfois à certaines dépenses (santé, culture…) pour pouvoir assurer le paiement de leurs dépenses obligatoires. » constate l’Unef.
En matière de santé, « 20% des étudiants n’ont pas de complémentaire santé et les renoncements aux soins pour raisons financières concernent un tiers des étudiants », a déploré William Martinet, le président de l’Unef, qui a souligné les « inquiétudes » de son syndicat pour les années à venir avec la baisse des subventions aux collectivités locales, « dont les répercussions commencent déjà à se faire sentir » surtout en matière d’aides financières ou d’aides aux transports. Ce qui entraînerait une hausse du coût de la vie pour les étudiants.
source ; francetvinfo.fr

Lire la suite

Généralisation complémentaire santé : près de 3 entreprises sur 4 déjà équipées.

Généralisation complémentaire santé : près de 3 entreprises sur 4 déjà équipées.

D’après une étude réalisée pour l’Association française de l’assurance (AFA) et la Mutualité française, une majorité des entreprises proposent déjà une couverture santé à leurs salariés. Et près de la moitié d’entre eux n’envisage pas de suivre les recommandations de leur branche professionnelle.
A quatre mois et demi de la généralisation de la complémentaire santé, une étude indique qu’une grande partie des entreprises sont déjà dans les starting-blocks. Selon cette enquête, réalisée par l’Audirep pour le compte de l’Association française de l’assurance (AFA) et de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF), 71% des TPE et 85% des PME et autres grandes entreprises proposent déjà une couverture santé à leurs collaborateurs (contre 77% en 2010).
Des recommandations peu suivies

Sans surprise, le taux de couverture santé croît en fonction de la taille de l’entreprise : 67 % des entités de 1 à 2 salariés sont ainsi équipées, ce pourcentage grimpant à 86% pour les entreprises de 6 à 9 salariés et même à 99% pour celles comprenant plus de 500 salariés.

Autre enseignement, parmi toutes les entreprises interrogées, 47% n’envisagent pas de suivre les recommandations de leur branche, déclarant souhaiter choisir librement l’organisme complémentaire et la couverture santé qu’elles proposeront à leurs salariés. Un chiffre à nuancer toutefois, puisque cette étude a été menée du 10 mars au 20 avril dernier. Or, au cours des quatre mois, plusieurs négociations de branche ont abouti à des accords.
Source ; argusdelassurance.com

Lire la suite